Henri Roorda van Eysinga (1870-1925)

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site consacré à l’écrivain et humoriste  Henri Roorda van Eysinga (1870-1925), qui est sans doute l’humoriste le plus original que la Suisse romande ait connu.

Professeur de mathématiques au Gymnase de Lausanne, il publiait, outre ses manuels d’arithmétique, des livres recueillant ses chroniques d’humour, distillées dans La Tribune ou la Gazette de Lausanne, ainsi que dans La Tribune de Genève.

Auteur du fameux «Le pédagogue n’aime pas les enfants» (1917), il s’élèvera, sa vie durant, contre une école autoritaire, qui impose des schémas scolaires rigides et stériles, en décourageant le désir de connaissance de la jeunesse.

C’est sous le nom de Balthasar que Roorda signait ses chroniques drolatiques dans les journaux et qu’il publia aussi quatre Almanachs, «trésor de gaîté», entre 1923 et 1926.
Déprimé, endetté et désabusé, Henri Roorda mit fin à ses jours le 7 novembre 1925, à Lausanne.
Dans Mon suicide, texte posthume paru un an plus tard, il évoque et justifie les raisons de son choix. Avec lucidité et ironie, il exprime sa désespérance face à la pesanteur de la vie sociale – argent, hypocrisie – et avoue sa fatigue de la vie. «Je vais peut-être me rater. Si les lois étaient faites par des hommes charitables, on faciliterait le suicide de ceux qui veulent s’en aller

 

 

Laisser un commentaire